Éco-école

Publié le par
Logo © Éco-école
Un ambitieux projet d’éducation à l’environnement qui permet de réfléchir et d’agir sur le milieu scolaire en s’investissant dans une démarche éco-responsable.

Le label « éco-école » est un programme international d’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD) à l’initiative de l’association Teragir (ex- Office français de la Fondation pour l’Éducation à l’Environnement en Europe) ; il est décerné aux écoles élémentaires, collèges et lycées qui s’engagent vers un fonctionnement éco-responsable et intègrent l’EEDD dans les enseignements. Lorsqu’ils ont mis en œuvre la démarche éco-école sur un des thèmes prioritaires pendant une année scolaire, les établissements participants peuvent demander leur labellisation.

Les établissements participant à Eco-Ecole ont la possibilité de travailler sur l’un des 8 thèmes du programme, autour desquels le projet se développe années après années : alimentation, biodiversité, climat, déchets, eau, énergie, santé, solidarités. […]
La méthodologie Eco-Ecole s’organise en sept étapes essentielles pour mener à bien le projet. Le Jury Eco-Ecole évalue en fin d’année scolaire la mise en œuvre de ces sept points pour attribuer le label ou le renouveler. (Source)

Réalisation d’une pyramide de chaussures pour dénoncer l’usage des mines anti-personnelles, à l’initiative de Handicap International (projet éco-école 2011)
Article paru dans la Provence en juillet 2011

Grâce à l’investissement de toute la communauté éducative (élèves et enseignants, mais aussi parents, personnels municipaux, partenaires…), l’école Granados (où j’ai travaillé de 2008 et 2017) s’est engagée dans le programme éco-école en mai 2010 et est devenue la première éco-école publique de la ville de Marseille (et la seule à ce jour, à ma connaissance), après avoir obtenu le label à deux reprises :

  • en 2011, pour des actions engagées “autour des solidarités” : entraide et tutorat en classe, collectes solidaires, rencontres, correspondances…
  • en 2012, pour des actions engagées en faveur de la biodiversité : plantation d’arbres, création d’un jardin méditerranéen, de refuges pour les espèces locales…

Deux objectifs principaux avaient motivé notre engagement, chacun la justifiant à lui seul :

  • agir au niveau des élèves, en les sensibilisant aux enjeux du développement durable tels qu’ils se posent dans leur environnement de proximité, dans ce lieu de vie qu’est l’école ;
  • engager une dynamique plus vaste autour de l’école, dans le quartier, en mobilisant et en fédérant autour des projets des parents, des élus, des partenaires associatifs…
Mon défi pour l’éducation : un poème solidaire géant
(projet éco-école solidarités 2011)
Exposition du projet éco-école “autour des solidarités” (2011)

L’engagement dans ce programme a impulsé une réelle dynamique au niveau de l’établissement, avec des élèves motivés, des enseignants impliqués, des parents concernés, des partenaires intéressés… Deux instances ont été créées pour piloter le projet :

  • le comité de suivi éco-école : son rôle est de définir les orientations du projet, prendre les décisions de façon démocratique, s’assurer de leur mise en oeuvre. Il se réunit 3 à 4 fois dans l’année et rassemble des enseignants, des élèves (les éco-délégués du cycle 3), des élus locaux, des parents d’élèves, des représentants du personnel d’entretien, d’associations locales…
  • le conseil d’école d’enfants : son rôle est de proposer des idées et de faire remonter au comité de suivi toute critique, remarque ou question concernant le projet éco-école, et le fonctionnement de l’école en général. Il réunit une fois par mois (le vendredi de 11h30 à 12 h) les deux éco-délégués élus de chaque classe, qui apportent les propositions effectués par leur propre conseil de classe.
Plantation d’un chêne lors de l’opération
“Plus d’arbres, plus de vie” (projet éco-école 2012)

Seule bémol : il n’existe pas de temps institutionnel pour gérer et faire vivre ce fantastique projet. Si la partie pédagogique des actions fait pleinement partie de notre mission d’enseignant, le pilotage et la coordination du projet (réunions, compte-rendus, bilans à faire remonter…) demandent également beaucoup de temps et d’énergie pour une petite école comme la nôtre (cinq classes).
Autrement dit, notre projet éco-école a carburé au bénévolat, grâce à la bonne volonté des uns et des autres. Comme un peu toute l’éducation Nationale ?… C’était la minute de revendication du coordonnateur du projet au niveau de l’école !…

Au niveau des équipes, c’est d’ailleurs la raison principale qui a empêché la poursuite du projet les années suivantes.

Dans ma nouvelle école, nous avons choisi de ne pas nous engager dans le programme pour l’instant. Dans le cadre de la pédagogie Freinet, nous avons décidé de réserver du temps pour accompagner les projets et les initiatives des enfants, en gardant en tête la méthodologie éco-école. Et des idées qui se rapprochent des thématiques environnementales, les enfants n’en manquent pas !

Notez que si vous souhaitez vous engager dans le programme, pensez à anticiper bien avant la rentrée : les inscriptions se déroulent au printemps.

Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*