Dessin

Posté le par
Leonardo Da Vinci, autoportrait (CC0 - domaine public)

Leonardo Da Vinci, autoportrait (CC0 – domaine public)

Tu noteras des signes brefs sur un petit carnet que tu dois, sans cesse, porter sur toi ; et qu’il soit de papier teinté afin que tu ne puisses pas effacer, mais que tu puisses faire du neuf avec du vieux, car ces choses ne peuvent pas être effacées, elles doivent au contraire être préservées avec grand soin, car les formes sont en nombre si infini que la mémoire n’est pas capable de toutes les retenir. (Léonard de Vinci)

Il y a quelques années, j’ai emmené une classe au Musée des Arts Africains, Océaniens et Amérindiens de Marseille en leur distribuant à l’entrée un petit carnet de dessin et un crayon. Nous ne pouvions bénéficier que d’une petite visite guidée de la première salle, mais nous avions ensuite un accès libre aux deux autres salles. Résultat des courses : en dehors de la pause pique-nique d’une petite heure, les enfants ont passé près de quatre heures dans les trois salles du musée à griffonner, esquisser, reproduire… en se passionnant soudainement pour les masques, les statues et autres parures présentées. Cela reste l’une des plus belles séances de dessin que j’ai organisée à ce jour

Séance collective de dessin au musée

Désormais, le carnet de dessin accompagne la plupart des visites et des sorties que j’effectue avec ma classe – même si on n’a parfois pas le temps de l’utiliser :-).

Et en classe ?

Le carnet a l’avantage de doter l’élève d’un support permanent et satisfaisant pour dessiner, sans avoir besoin de demander du papier ni de puiser sans fin dans le stock de feuilles blanches du maître. Il est donc particulièrement adapté pour la pratique du dessin libre (dans l’esprit du texte libre).

Pour les élèves qui n’osent pas en disant « je ne sais pas dessiner », je leur rappelle qu’ils ont appris à lire… en lisant : ils devraient bien apprendre à dessiner en dessinant ! En cas de manque de confiance ou d’inspiration, je mets également à leur disposition un ensemble de fichiers modèles « incitateurs » (références ci-dessous) pour dessiner, reproduire, trouver une idée de départ…
Les élèves qui le souhaitent peuvent choisir de présenter leurs créations lors du Quoi d’neuf ou d’un moment de présentations.

Le carnet est également un outil transdisciplinaire utilisable à différents moments de l’apprentissage : carnet de voyage, mais aussi carnet d’observation, carnet de mémoire, carnet de croquis, carnet d’expérience… Le site Dessin d’école liste les différentes fonctions du dessin, « véritable langage dans le champ des arts visuels ».

La pratique régulière du dessin est prioritaire. Elle entre en relation avec les autres formes d’expression, parfois pour les anticiper (dessins préparatoires, croquis explicatifs, schéma, étude de composition, plan de fabrication, etc…), parfois comme une des dimensions plastiques d’une réalisation, parfois comme trace ou mémoire. (Programmes de 2002)

Sur le plan matériel, voici ce que je fournis aux élèves en début d’année (sur mes crédits de classe) :
– le carnet : un simple bloc sténo uni de 180 pages ;
– trois crayons à papier de mines différentes : HB (standard), 2B (mine plus tendre, tracé plus gras, plus foncé), 2H (mine plus dure, tracés plus pâles), avec lesquels nous testons les différents usages possibles ;
– une gomme blanche.

Et évidemment, à la demande, pour prolonger, développer ou améliorer l’idée initiale,  de véritables feuilles de papier dessin, au format A5, A4, A3… en fonction du projet et des besoins de l’élève !

Des ouvrages pour développer le dessin en classe :

Des supports destinés aux élèves :

Crédit image : Leonardo self par Léonard de Vinci (Sous licence CC0 – Domaine public) via Wikimedia Commons
Lu 3 295 fois.  Last updated: juillet 29, 2015 at 7:40

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*